La collection complète des M. and Mac et mes livres de littérature classique sont disponibles au format e-book,
et en édition brochée pour votre bibliothèque.

Cliquez ici pour ouvrir ma page auteur sur le site Internet d'Amazon.





M. and Mac


Malcolm O’Brien est “M.”

Certains disent de lui qu'il tire sans sommation. C'est faux : Malcolm fait toujours les sommations... après avoir tiré.

Shannon Mc Entee est Mac

Brillant docteur en criminologie, intuitive, dotée d'une intelligence exceptionnelle, Shannon est belle... très belle !



Offres spéciales été 2016






Profitez de vos vacances
pour découvrir les aventures palpitantes
de Malcolm et de Shannon !

M. and Mac, l'intégrale (tome 1)
réunit les trois premiers livres de la collection :


Lola (histoire courte)
L'étrange confession de Sterling B.
Mille ans...

M. and Mac, l'intégrale (tome 2)
comprend, à la suite :


Trouvez Nacer Osman !
Vingt millions de dollars





 

Téléchargez maintenant ces e-books pour des heures de détente et de suspense,
au prix spécial de 3,49 € chacun.


Cliquez ici pour ouvrir ma page auteur sur le site Internet d'Amazon.







Lola est la première mission de “M. and Mac”.

Malcolm rencontre Shannon, et leur enquête réserve bien des surprises.


Malcolm rejoignit Gavin au labo.

— Le capitaine Lansing vient de me confier l’affaire du Memorial Inn. Il a dit que tu gardais les pièces à conviction.

— Des pièces à conviction ? Penses-tu ! Mes gars ont tout testé au luminol et aux UV, sur place, mais il n’y avait aucune trace.

— Des empreintes ?

— Oui, celles du mort et de deux femmes de ménage, dans la salle de bains, mais elles sont hors de cause.

— Bon, un cas banal…, conclut Malcolm.

Gavin le détrompa :

— Pas si banal que ça : la victime a été tuée d’un unique coup de couteau, donné en plein cœur. C’est rare…

L'avis des critiques : "J’ai beaucoup aimé cette nouvelle. Encore une fois, la plume tonique de Patrice Dumas tient en haleine le lecteur jusqu’à la fin. Si vous avez envie de passer une petite soirée avec un bon polar, installez-vous confortablement dans votre canapé et commencez à lire Lola." Cliquez pour découvrir l'article complet : cannibalecteur.com





Malcolm et Shannon pensaient progresser vers la vérité sur l'assassinat de JFK,
de découverte en découverte, de révélation en révélation, quand soudain, tout bascula.



Le capitaine Lansing saisit immédiatement son téléphone.

— J’appelle le FBI. C’est une révélation explosive, peut-être même la plus importante découverte judiciaire depuis près de cinquante ans ! Ce document peut mettre en l’air le rapport Warren. Il va y avoir une sacrée pagaille, mais je suis persuadé que c’est une bonne chose pour l’Amérique.

Une heure plus tard, un civil portant des lunettes noires, un colonel des Marines, qui représentaient le gouvernement, et deux fédéraux débarquèrent dans le bureau du capitaine. Le civil et le colonel firent sortir les agents du FBI de la pièce, ils questionnèrent longuement Malcolm, puis ils demandèrent à Shannon :

— Avez-vous parlé à quiconque de votre découverte ? Des collègues, des amis, certaines de vos relations, des membres de votre famille à qui vous auriez téléphoné ?

— Non, seulement au lieutenant O’Brien, puisque c’est lui qui s’occupe de cette affaire. Nous avons décidé ensemble de remettre une copie au capitaine Lansing.

— Parfait. Capitaine Lansing, donnez-nous la clé USB que l’agent spécial Mc Entee a préparée pour vous. Nous exigeons de vous trois le secret le plus absolu sur cette affaire, jusqu’à ce qu’un juge fédéral vous convoque pour entendre votre témoignage.

L'avis des critiques : "Une série policière avec comme premier volet une énigme à résoudre autour de la mort de JFK. Deux personnages attachants que l'on imagine facilement portés à l'écran. Les dossiers de M. and Mac propose une série d’enquêtes résolues de main de maître."  Avis de lecture

"Écrit sur un rythme séquentiel à la manière des scenarii américains, Patrice Dumas crée avec M. and Mac un principe de série qui s’organise autour d’un flic sur le retour et un docteur en criminologie. L’étrange confession de Sterling B. livre un rebondissement inattendu dans l’affaire Kennedy, minuté et précis comme une chronique soignée." monbestseller.com

"Un formidable conteur. Patrice Dumas nous bloque complètement sur son livre grâce à un style et un concept très original. Les pages défilent à toute vitesse sans qu’on ai le temps de s’en rendre compte. Un auteur que je vous invite à découvrir."  Bruno Chanson, zone livre.fr





Malcolm et Shannon plongent dans les mystères du Troisième Reich, en enquêtant
dans l’entourage de Hitler...
Et leur surprenante découverte bouleverse le cours de l'histoire.

— Ma chérie, il faut que je te parle sérieusement. Je ne suis pas éternel, et s’il m’arrivait quoi que ce soit, je n’aimerais pas emporter un lourd secret dans ma tombe. Certes, il faut bien mourir un jour…, mais il faut mourir avec l’esprit serein, or le mien ne l’est pas.

— De quoi parles-tu ? Tu ne m’as jamais rien caché, tu as toujours été un père attentif, aimant… Tu as trompé maman ?… C’est ça ?

— Jamais. Pas une seule fois.

— Bon, alors, il n’y a rien de grave. Ça m’étonnerait que tu aies tué quelqu’un ! ajouta Johanna, soulagée, en riant.

— Et pourtant… Mais c’est si loin…

— Quoi ! Qu’est-ce que tu veux dire ? demanda-t-elle, soudain grave.

Son père expliqua :

— J’avais juré, il y a bien longtemps, de ne jamais révéler certains faits. Pendant toutes les années qui se sont écoulées depuis ce serment, je me suis tu, mais maintenant… Partir pour l’autre monde sans te parler… Non, ce serait une indignité. Allons, ma fille, assieds-toi là, bien en face de moi, et surtout ne m’interromps pas. Mon histoire sera bien assez longue, et ma confession bien assez difficile. Tu pourras me poser toutes les questions que tu voudras, mais pas avant que j’aie terminé.
L'avis des critiques : "La plume de Patrice Dumas fut une très belle découverte tant par la qualité rédactionnelle que par la qualité de l’histoire. Lors de la lecture, je me demandais si les révélations de l’auteur n’étaient pas vraies finalement. Vous aimez les histoires étonnantes qui se déroulent pendant la seconde guerre mondiale ? Alors, vous adorerez Mille ans..." Cliquez pour découvrir l'article complet : cannibalecteur.com

"Deuxième livre de Patrice Dumas et deuxième coup de maître. Patrice Dumas confirme avec Mille ans... l’étendue de son talent. J’ai été captivé par le style de l’auteur et par la qualité de son livre. À découvrir absolument."  Bruno Chanson, zone livre.fr

"Mille ans... une ballade indiscrète dans l’entourage de Hitler, on n'en croit pas ses yeux. À défaut d’histoire vraie, c’est sans doute cela les vraies histoires." monbestseller.com





Malcolm et Shannon pénètrent le milieu des "escort-girls" genevoises
pour pister le plus dangereux des terroristes.



— Nacer Osman vient d’acheter neuf missiles sol-air Stinger, en Afghanistan.

— Ah, voilà donc le problème, conclut Malcolm, soudain grave.

Lou expliqua brièvement :

— Un Stinger tient dans n’importe quelle voiture : le missile et son lanceur pèsent seulement une trentaine de kilos. En quelques minutes, un commando de deux hommes peut viser un avion, tirer, et disparaître. Le Stinger se verrouille sur l’objectif, guidé par le rayonnement infrarouge des moteurs. À Mach 2, il fond inexorablement sur sa cible, et il explose à son contact.

Shannon s’inquiéta :

— Comment parer une telle attaque ?

— C’est quasiment impossible, répondit Lou. Un gros-porteur, à basse altitude, n’aurait aucune chance : le Stinger, avec son rayon d’action de trois miles, le descendrait à coup sûr. Imaginez les dégâts si un Airbus avec le plein de kérosène, décollant de London City airport, était touché ; il s’écraserait au cœur de Londres, et on compterait les morts par milliers. Le bilan serait pire que celui du Nine Eleven, et une telle catastrophe pourrait se produire n’importe où… neuf fois !

L'avis des critiques : "Un polar type espionnage… ou plutôt contre-espionnage. Le type qu'il faut trouver et "stopper" se promène avec 9 articles de premier choix à vendre, 9 missiles Stinger ! Les deux agents Malcolm O'Brien et Shannon Mc Entee vont s'atteler à la tâche, en démarrant par le bordel préféré du marchand d'arme… fils de prince arabe ! C'est bien écrit, agréable." Yvonnick Bernard, Revue littéraire du 21e siècle





Qui a embauché un tueur à gages pour supprimer le sénateur Don Matthews ?
Qui veut la faillite du dollar ? 
Qui est la mystérieuse Tatiana Romanova ?
Malcolm et Shannon doivent agir vite, et frapper fort.


Le sénateur Don Matthews, flanqué de deux gardes du corps du FBI, descendait d’un pas alerte les marches du Capitole, où il venait de défendre âprement son projet de contrôler les stocks d’or de Fort Knox et de la réserve fédérale. Une nuée de journalistes se rua à sa rencontre, les caméras se braquèrent vers lui, les micros se tendirent, les questions fusèrent :

— Monsieur le sénateur, Barbara Sand, de The Economic Herald. Pensez-vous aboutir prochainement ?

— J’ai bon espoir, Madame, car le peuple américain souhaite, comme moi, connaître la vérité.

— Craignez-vous que le gouvernement multiplie les embûches ? demanda un journaliste.

— Le Président, j’en suis certain, respectera la décision prise par la majorité de notre assemblée.

— Un grand nombre de vos adversaires politiques sont fermement opposés à votre résolution, fit remarquer un jeune chroniqueur, émergeant de la bousculade pour approcher au plus près du sénateur.

Personne ne discerna le léger brouillard s’échappant de son micro. Une fraction de seconde plus tard, Don Matthews s’effondrait.



Malcolm et Shannon seront de retour dans...



Nigel Bennett devait être le prochain premier ministre du Royaume-Uni, lorsqu'il a été assassiné.
La rumeur enfle, le doute s’empare du peuple, la couronne britannique vacille.

Pour sauver la royauté, les plus fins limiers de Scotland Yard
partagent leurs indices avec Malcolm et Shannon.


Elle entama sa danse, ouvrant une à une les échancrures de ses vêtements, en fixant Nigel Bennett droit dans les yeux. Elle n’avait jamais couché avec lui auparavant ; un de ses fidèles clients, un ancien journaliste de la BBC, les avait mis en relation la veille. Et là, elle se retrouvait devant lui, l’esprit ailleurs, à faire son numéro. Demain matin, elle se réveillerait plus riche de milles livres ; le compte est rond, la prestation bien réglée : réussir un strip-tease bien provocant, aidée par un rythme lascif, dispenser de gentilles caresses à des endroits très précis, puis faire l’amour en jouant la comédie de l’orgasme du siècle. Quelquefois, des habitués bourrés de Viagra arrivaient même à lui donner du plaisir. Elle ne jouissait pas vraiment, mais c’était toujours ça de pris pour passer le temps… Moyennant deux cents livres, elle offrait quelques gourmandises supplémentaires, mais elle n’embrassait jamais la première fois. Question de principe.
En gestes bien rodés, elle se retrouva en string et soutien-gorge, un ensemble en dentelle rouge à faire damner un séminaire tout entier. Des stay-up fumés gainaient ses longues jambes, des escarpins à talons aiguilles leur donnaient un galbe parfait. L’emballage compte autant que le cadeau, elle le savait. Lentement, elle ôta sa lingerie, et, seulement vêtue de ses bas, elle approcha de Nigel Bennett salivant d’envie. Il s’agissait maintenant de justifier le prix de sa prestation. Il l’avait payée pour une nuit entière, mais souvent, des sexagénaires épuisés la renvoyaient après s’être soulagés une fois. Devinant l’excitation du député, la fille se dit que, en se démenant un peu, elle pourrait en finir vite, rentrer chez elle, prendre une longue douche bien chaude et se coucher, propre, presque vierge…

Sortie prévue en septembre 2016






Malcolm et Shannon parviendront-ils à déjouer les plans d'une puissante secte ?


Peter Marshall exposa les raisons de ses craintes :
 
— Nous reconnaissons une trentaine de religions parfaitement “respectables” qui ne risquent pas de mettre en péril la démocratie, mais il existe des milliers de sectes, plus ou moins occultes, plus ou moins ambitieuses, dont les intentions nous sont inconnues. Certes, nous ne redoutons pas celles dont le fondateur tient lieu de divinité, de grand prêtre, et d'unique fidèle ; mais d'autres peuvent présenter un danger : il y a quelques années, les suprémacistes de la race aryenne qui, sous couvert d'évangéliser les foules, cristallisaient les haines, nous inquiétaient ; cependant, leurs mouvements sont restés groupusculaires. Malheureusement, il y a quelques mois, des adeptes du malin, des adorateurs de Baphomet, de Belzébuth et de toutes sortes d'idoles lucifériennes, fédérant leurs croyances, ont constitué L'Ordre de Satan”. Cette obédience secrète compte un nombre croissant de membres, infiltrés partout dans la société, et ses ressources financières paraissent illimitées, sans que nous puissions en déterminer l'origine… Il semblerait que ses dirigeants visent, par un moyen que nous ignorons encore, à s'emparer du pouvoir. Nous devons écarter ce risque, rapidement… et définitivement.

Malcolm, bouillant d'en découdre avec les forces du mal, lança :
 
— Échec à Satan !


Sortie prévue en décembre 2016


Littérature classique



Ashour offre pour épilogue un surprenant retournement final...
Pourtant, ce n’est pas un roman policier : Ashour, c'est le rêve, le voyage, l'amour, l'amitié, le soleil !

D'une guerre à l'autre, de 1914 à 1945, de l’Europe à l’Afrique,
Ashour est une tornade d’aventures riches en sentiments.

Au début de 1942, le doute avait changé de camp, avec les premiers revers de l’armée du Reich. Son avancée, jusque-là invincible, s’était enlisée dans l’immensité russe. Poursuivant en vain la morne ligne d’horizon de la toundra, la Wehrmacht s’était livrée aux vents glaciaux de l’hiver, armée invisible, silencieuse et insaisissable, paralysant ses divisions les plus aguerries, avant de les anéantir. Au printemps, les bourbiers du dégel avaient emprisonné les troupes allemandes dans des pièges fangeux d’où elles ne pouvaient s’échapper.
Ceux qui avaient fêté leurs victoires contre la France et la moitié de l’Europe, en défilant au pas de l’oie sur les avenues, fanfare en tête, contemplaient, incrédules, les bottes crottées que leurs jambes lasses peinaient à extirper de la gangue boueuse les maculant. La nuit noire dans laquelle l’Europe était plongée laissait poindre une lueur ténue.
Churchill a encouragé son peuple, sur la BBC : “Ce n’est pas la fin, ce n’est même pas le commencement de la fin, mais c’est peut-être la fin du commencement.”
Armand avait titré en écho : Le souffle du courage, sur des braises rougeoyantes, a donné naissance à une petite flamme vacillante, et bientôt, un grand feu nous réchauffera quand nous chasserons les envahisseurs. Le ton, grandiloquent, répondait à l’indéfectible enthousiasme de la propagande ennemie.


ASHOUR ET L’HISTOIRE : Il y a 100 ans, du 21 février au 19 décembre 1916, se déroulait la bataille de Verdun. Mon grand-père, alors âgé de 21 ans, y a combattu. J’ai voulu, dans Ashour, rendre hommage aux soldats qui ont fait le sacrifice de leur vie ou de leur jeunesse, pour notre liberté.
“— Alors, je te dirai la vérité, cette vérité que je cache à tous ceux à qui j’écris. Je leur envoie des lettres rassurantes, je leur décris une guerre tranquille, une guerre idéale où seuls les ennemis meurent, mais là-bas, des deux côtés, c’est pire que l’enfer. Le matin, tu te réveilles en te demandant si tu verras le crépuscule ; et puis, tard le soir, quand le bruit des obus cesse un peu, tu t’endors en te demandant si tu verras l’aurore. Tu ne peux pas imaginer une telle sauvagerie, une telle bestialité entre des êtres humains.
— Mais…, les tranchées ?
— Des boyaux étroits, des égouts puants, où l’odeur de la poudre se mêle à celles du sang et des cadavres, où tu patauges dès qu’il pleut. Ah, la pluie, mon vieux… La pluie, c’est le pire ! Tu oublies ce que veut dire le mot sec. Tes vêtements ne peuvent être qu’humides, mouillés ou trempés. Tu oublies même ce que veut dire avoir chaud : sans répit, tu as froid ; dès l’aube, au sortir de l’abri, tu es transi ; la nuit, pendant les gardes, tu es gelé. Et cela dure des jours, des semaines. On sonne l’offensive, on s’encourage avant de bondir hors de la tranchée : “On les aura !” Et soudain, le camarade qui, une minute avant l’assaut, te montrait la photo de ses parents, trébuche et tombe, juste à tes côtés, les yeux grands ouverts, l’air tout étonné. Il est mort, sans une plainte, sans un cri. Le sort a choisi sa victime. Cette fois encore, il t’a épargné…, mais chaque mètre gagné se mesure en dizaines de vies perdues. Si j’en reviens, Amédée, si j’en reviens et qu’on me demande : “Alors, comment était-ce ?” je crois que je répondrais : “Ça sentait la mort, la pisse et le vomi.” C’est ça la guerre, rien d’autre. Il n’y a aucune gloire à glaner là-bas, seule la souffrance pousse sur les champs de bataille. Reste là, Amédée, et ne nous oublie pas. Gagne la guerre depuis ton bureau, je t’en prie, et n’essaye pas de nous rejoindre. Nous sommes des morts en sursis… Nous ne sommes déjà plus rien. ”
La quatrième de couverture :

J’ai fait en sorte que ceux qui devaient se rencontrer se rencontrent, que ceux qui voulaient se raconter se racontent, et je les ai écoutés : les confidences d’Armand Vautrin régnant sur son journal, celles d’Amédée Le Coz dans son palais vénitien, et, d’une guerre à l’autre, les aventures de soldats, d’héroïnes, de résistants, qui ont vécu tant de bonheurs et tant de drames, d’amours heureuses ou malheureuses.

L’amitié, l’estime, la droiture aussi. Des trains, des bateaux, des avions, j’ai mis de l’ordre dans ce fouillis de coffre à jouets, j’ai sorti de l’ombre cette profusion de récits. Ces histoires méritaient de n’être plus enfouies dans la mémoire de quelques-uns, elles méritaient que tous, nous les partagions.





Les Ruines de Glenmoor est un recueil de 17 histoires insolites ; certaine sont graves,
d'autres sont  teintées d'humour, et toutes sont surprenantes.

Elles sont é
crites dans des styles variés entraînant, pour un agréable moment de détente,
leurs lecteurs dans une atmosphère à chaque fois différente.


Histoires
de France


La burle

Déjeuner au Ritz

Place aux jeunes !

Le seigneur du château

Gaston Chabrier




Histoires noires

Maître Valmont-Liénard, avocat

Le mort de la Sainte Victoire

L’église Saint-Gwenaël de Talladec’h


La Fleur Blanche

Le numismate


Le chef d'œuvre de Maître Osato

L’affût
Histoires
d’outre-Manche


Jack

Le compartiment
de première classe

Un certain 4 mai 1904

Southampton-New York


Les ruines de Glenmoor
L'avis des critiques : L'auteur peut se targuer d'être particulièrement doué pour les rebondissements à la fin de ses nouvelles. J'ai quelquefois été surprise, à mon plus grand plaisir, par des chutes empreintes d'originalité. Certains récits sont des réinterprétations de l'auteur de faits historiques ; par exemple, La Fleur blanche a pour cadre un cabaret où Toulouse-Lautrec avait ses habitudes. Je suis donc très satisfaite de ce recueil, dont mes nouvelles préférées sont : Le seigneur du château, Le chef d'œuvre de Maitre Osato et Jack. The Eden of Books
Cliquez ici pour découvrir Le seigneur du château



La collection complète des M. and Mac et mes livres de littérature classique sont disponibles au format e-book,
et en édition brochée pour votre bibliothèque.

Cliquez ici pour ouvrir ma page auteur sur le site Internet d'Amazon.


Cliquez ici pour m'envoyer un message, je vous répondrai avec plaisir :   contact 

Merci pour votre visite. Bonnes lectures à tous !

© Patrice Dumas  2016 mentions légales